Woman measuring her breast size
in ,

40I, une taille de poitrine handicapante

Si certaines ont recours à la chirurgie esthétique pour procéder à une augmentation mammaire, d’autres y ont recours pour, au contraire, une réduction ! C’est le cas de Senetisiwe Ginindza, une sud-africaine.

Il faut savoir que souffrir d’hypertrophie mammaire, c’est-à-dire avoir une poitrine plus grosse que la moyenne, n’est pas toujours une bonne chose ! Si cela peut être très excitant pour certain(e)s, c’est aussi très handicapant. En effet, elle peut provoquer de fortes douleurs dorsales, des problèmes nerveux, des éruptions cutanées ou encore des problèmes respiratoires mais pas seulement ! Outre cela, elle peut aussi devenir un véritable complexe ! De nombreuses femmes ont peur de dévoiler leur généreuse poitrine à leur moitié de peur de sa réaction. Alors forcément, quand il s’agit de parties de jambes en l’air, elles y réfléchissent à deux fois. Cela entraîne alors une véritable dévalorisation de soi !

Senetisiwe Ginindza souffre de gigantomastie, un accroissement rapide et bilatéral du volume des seins survenant au moment de la puberté. Sa taille de poitrine était un 40I.

Ils étaient tellement gros qu’elle se permettait de les comparer à des pastèques. Victime de harcèlement dans la rue, il lui était aussi devenu impossible de porter des soutien-gorges car les bretelles de ceux-ci lui provoquaient des ampoules sur les épaules. Elle ajoute même que « parfois, c’était inconfortable de rencontrer quelqu’un qui était excité à ce sujet car vous vous sentez juste comme un objet réalisant les fantasmes de quelqu’un d’autre ». C’est pourquoi elle a eu recours à la chirurgie esthétique pour réduire la taille de ses seins. Aujourd’hui libérée de ce fardeau, elle semble pouvoir enfin vivre pleinement sa vie !

Confinement : et si on évitait de se séparer ?

Trop de sport nuit à la libido !