in , ,

5 fantasmes qu’elle aimerait réaliser

Les fantasmes, elles en ont toutes, même si certaines ne veulent pas l’admettre. Mais ils restent bien souvent en bouteille de peur d’être jugée. Voici les 5 fantasmes les plus communs chez les femmes ! (On dit bien les plus communs, ce n’est pas une généralité)

La soumission

De nombreuses femmes adorent la soumission. Mais alors que votre copine peut vous paraître douce, mignonne, sympathique, qui sourit tout le temps, il y a fort à parier qu’elle a un côté extrêmement coquin caché en elle. Par soumission, on entend que cette dernière est soumise à votre domination au lit. En d’autres termes, qu’elle fera tout ce que vous lui direz, sans poser de question. À noter que l’inverse peut aussi beaucoup pimenter votre vie sexuelle.
Évidemment, cela ne veut pas dire qu’elle répondra à tous vos fantasmes et qu’elle dira oui à tout. Et encore heureux ! Elle n’ira pas enfreindre un principe ou faire quelque chose qu’elle déteste. En revanche, elle ne pourra obstruer votre domination lorsqu’il s’agira de changer de position ou prendre les devants pour la guider dans l’acte. Si c’est un jeu, cela devient vite un plaisir !

La domination

L’inverse de la soumission, c’est donc la domination. Nombreuses sont les femmes qui ont pour fantasme la prise de contrôle sur leur homme : en faire, en quelques sortes, leur esclave sexuel, leur jouet. Le problème avec ce fantasme, c’est que la plupart des hommes essayent bien souvent de reprendre le contrôle, car l’instinct naturel refait très rapidement surface : c’est un comportement normal et bien souvent inconscient. Du coup, si votre copine s’essaye à prendre le contrôle au lit, concentrez-vous pour ne pas reprendre le dessus et laissez-vous faire. Ça pourrait bien être quelque chose qu’elle veut faire depuis longtemps !

Comment initier son partenaire à la soumission ?

Les jeux de rôle

Les fantasmes “jeux de rôle” sont les plus courants chez les femmes. En effet, lorsqu’un couple s’adonne aux jeux de rôle, cela leur permet de s’évader et d’être quelqu’un d’autre, et de se rapprocher. Elle pourrait donc très bien avoir pour fantasme d’être une professeure d’école bien sexy et son partenaire l’élève qui ne fait pas ses devoirs. Quel que soit le type de jeu de rôle, c’est un excellent moyen de contrer la routine et c’est aussi quelque chose qui permet aux femmes de se sentir sexy au travers du rôle qu’elles jouent. Demandez à votre partenaire si c’est quelque chose qu’elle a déjà voulu essayer. Vous pourriez être surpris par sa réponse. Et surtout écoutez-la !

Le fantasme lesbien

Un autre fantasme majeur pour les femmes, c’est celui de le faire avec une autre femme. Mais ne vous enflammez pas messieurs. Bien souvent, ce fantasme n’inclut pas d’homme. Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi les femmes préfèrent regarder du porno lesbien plutôt qu’un porno homme/femme ? Le fait qu’elle veuille secrètement s’essayer avec une autre femme ne veut aucunement dire que votre partenaire est lesbienne. Il s’agit d’un fantasme car c’est quelque chose qui n’arrivera probablement jamais. Il est possible qu’elle n’ait même pas le courage de vous dire qu’elle trouve des femmes attractives. Si vous voulez l’y initier, le meilleur des moyens reste alors de lui en parler… Et pourquoi pas de lui proposer de regarder un porno lesbien ensemble…

Le fantasme de l’inconnu

La plupart des femmes ont déjà eu un coup d’un soir. Comme les hommes d’ailleurs. Bien souvent, il s’agit du fantasme de le faire avec un parfait inconnu. Voir comment il s’y prend avec les femmes et aussi le fait qu’elles ne reverront probablement jamais cet homme à nouveau. Cela permet de se lâcher vraiment sans, encore une fois, avoir à être jugée les jours suivants. Ce fantasme peut d’ailleurs tout à fait rejoindre celui du jeu de rôle vu précédemment !

Voilà, vous savez désormais quels sont les 5 fantasmes les plus communs chez ces dames ; n’hésitez pas à en parler avec votre partenaire, peut-être que cela pourrait vous ouvrir la porte à de nouvelles expériences !

JM TV : Les programmes de juin et juillet

D’où vient l’expression « tailler une pipe » ?