in

7 tips pour une sodomie réussie ! (deuxième partie)

Voici la suite de nos conseils pour réussir sa sodomie.

4- Le préservatif. N’hésitez pas à vous munir d’un préservatif. Cette zone, où les muqueuses sont plus fines, est d’autant plus exposée aux transmissions de vilaines infections. Ne négligez pas cette étape même si vous êtes sûr de votre partenaire. La flore bactérienne dans cette zone n’est pas franchement compatible avec celle présente à l’intérieur de l’urètre dudit partenaire. Et puis, dans l’hypothèse d’une fellation inopinée après l’acte, reconnaissons qu’il peut-être judicieux de ne pas goûter à son propre trou de balle.

5- Le lubrifiant. Allez-y franco. Tartinez la rondelle à volonté. Il n’y en a jamais trop, et ce, pour deux raisons. Primo, le trou du cul n’est pas lubrifié par l’excitation, ce qui augmente les frictions désagréables, et les risques de déchirement du préservatif. Secundo, contrairement au vagin, l’anus possède un sphincter, permettant l’occlusion complète de l’orifice. Aucun risque de s’y sentir comme un Playmobil dans un évier, on y est toujours bien serré.

6- Les préliminaires. Ça y est, vous avez tout bien préparé et vous vous apprêtez offrir votre anus. Minute ! Comme dans toute bonne recette de cuisine, pensez à préchauffer le four avant d’enfourner la viande. Prenez votre temps, il n’y a pas le feu. Caressez, massez ou faites vous masser, insérez un doigt… Bref, attendez d’être bien. Si Rome ne s’est pas construite en un jour, on peut bien prendre quelques minutes pour démolir un cul. Il n’y a pas d’urgence. L’anus doit s’ouvrir commune une fleur. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle la feuille de rose.

(Si vous n’y arrivez vraiment pas ce n’est pas grave, il n’y a pas de mauvais moment pour renoncer, et passer à un domaine dans lequel vous êtes plus à l’aise, la pénétration vaginale, le jokari, etc.)

7- La fausse route. Enfin ! C’est dedans. Et bon dieu que c’est bon, pour l’un comme pour l’autre ! Vous commencez à prendre vos aises. Vous mettez du rythme, de la vigueur, même, dirait-on. Attention toutefois à ne pas « déchausser ». Si la fausse route semble moins grave dans ce sens-là que dans l’autre (ouillouillouille !), l’alternance anus-vagin n’est pas ce qui se fait de mieux du point de vue hygiénique.

Voilà. Vous êtes maintenant fin prêts pour aborder les plaisirs du « petit trou » dans les meilleures conditions. Éclatez-vous !

Commentaires

Loading…

Commentaires

commentaires

Le dernier cinéma porno de Paris va fermer ses portes