in

92 % des chansons parlent de sexe !

Robin-Thicke-feat.-Miley-Cyrus-Kendrick-Lamar-2-Chainz-Blurred-Lines-01-2013-08-25

Une musique douce, lascive, un slow comme on disait dans le temps, et on pense que cela peut suffire à faire monter la température dans un couple. Mais si on écoute attentivement les textes des chansons, on découvre que le rock et la musique pop parlent le plus souvent de sexe et pas toujours sur des rythmes lancinants.

Tout a peut-être commencé avec Tutti Frutti de Little Richard dans les années 50. Il dit quoi dans sa version originale ? « Tutti Frutti, good booty / If it don’t fit, don’t force it / You can grease it, make it easy », (en français : Tutti Frutti, quel beau cul / si ça ne rentre pas, il ne faut pas forcer / Tu peux le lubrifier, rendre ça facile). Vous suivez ?

Les paroles seront changées en « Tutti frutti aw rooty Tutti frutti aw rooty » beaucoup plus politiquement correct pour passer sur les radios…

Le rock and roll fait scandale, les autorités tentent de l’interdire, de le contrôler mais c’est peine perdue : le mouvement est lancé et la jeunesse veut se déhancher, même si elle ne comprend pas toujours les paroles. Selon une étude du département d’éducation américain entre les années 50 et 80, la pop music a abandonné les paroles parlant de beaux sentiments et d’amour pour des textes évoquant directement les rapports sexuels.

On considère que dans les années 50, 3% des chansons à succès parlaient de sexe, dans les années 70, ce chiffre monte à 40% et en 2009, c’est 92% des tubes qui sont explicites.

À tel point que certains diront que si on veut faire une chanson à succès, il faut parler de sexe.

La France connait cette obsession musicale. Dans leur chanson « J’écoute les cramps », les BB Brunes en 2007 nous parlent de la relation du chanteur avec une jeune fille à papa de 15 ans pas si sage (« J’écoute les Cramps, tu te mets à genoux, comme une première fois, comme une première fois »). Et avant eux, France Gall et son « Annie aime les sucettes », Bashung et sa « petite entreprise » ou Lio et son « Banana Split » sans oublier Gainsbourg entre « 69 année érotique » et « Je t’aime… Moi non plus », le sexe va bon train dans la musique.

On pourra aussi écouter pêle-mêle Light my fire des Doors, Tirelilpimpon de Carlos, Pump it up d’Elvis Costello, Summer of 69 de Bryan Adams, Petit taureau de Claude Nougaro.

Mais finalement, cela semble être entré dans les mœurs, dans les habitudes, au même titre que la littérature érotique ou plus explicite. Et si vous nous partagiez votre playlist coquine…

Allez pour finir sur une note d’humour on vous propose d’écouter ce succès d’Yvertte Guilbert des années 30

Connaissez-vous le fétichisme des ballons ?

Quels sont les personnages de dessins animés qui vous ont fait fantasmer ?