in

Au Japon, une génération entière est encore pucelle !

806156_665x245x665 245q90otop50

On entend souvent le cliché selon lequel les japonaises n’ont jamais connu l’amour. Et bien sachez qu’il est valable pour ces Messieurs. Ce phénomène est même particulièrement répandu. À 40 ans, bon nombre d’hommes n’ont jamais connu l’amour.

C’est le cas de M. Sakaï qui admet n’avoir jamais eu de relation sexuelle et qui ne sait pas à l’heure actuelle comment perdre son pucelage. Cela représente pas moins d’un quart de la population masculine du pays. Soit une progression de 3% entre 1992 et 2010. Une tendance totalement inversée pour les femmes qui elles perdent désormais leur virginité plus jeune. On assiste donc à une inversion des courbes en la matière. Pourquoi ?

Il semble que les Japonais ont une vie sexuelle moins active que d’autres pays industrialisés. En gros c’est la faute de l’économie. Depuis l’éclatement de la bulle financière des années 90, le phénomène se confirme. C’est ce que l’on appelle l’émasculation économique.

« Ces vingt dernières années, la situation a été très difficile, très compétitive, pour eux » déclare un spécialiste du marché matrimonial.

D’un autre côté, on aborde le paradoxe japonais : « le sexe est partout au Japon que ce soit dans la rue, à la télé ou encore dans les mangas. Mais en parler sérieusement est un sujet tabou. Cela a pour conséquence de cacher ce problème de virginité.

Auparavant, la société régulait elle-même les échanges matrimoniaux grâce à des codes stricts. Désormais, chacun doit trouver par lui-même son partenaire…

Au bout de combien de temps une relation devient-elle sérieuse ?

CAMERA CACHEE – Il veut piéger un couple dans une voiture, il va avoir une drôle de surprise !!