in

Avoir plus de sexe que ses voisins rendrait heureux !!

curious-woman-listening-for-gossip

C’est bien connu, l’être humain aime se comparer aux autres afin d’avoir une idée plus ou moins précise, et donc plus ou moins faussée, de l’endroit où il se trouve dans l’échelle du bonheur : fruit d’une curiosité parfois sans limite, cela peut devenir une obsession chez certains d’entre-nous…

En effet, on connaît tous quelqu’un qui ne peut s’empêcher de se comparer à une copine, à une star vue à la télé ou encore à son joueur de foot préféré : l’objectif est donc de ressembler à l’autre, sans forcément penser à soi.

Et puis il y a ceux qui veulent au contraire être au-dessus de leur voisin, leur collègue de travail ou leur partenaire de footing : se sentir meilleur amène donc une fierté intérieure, et un renforcement de l’image de soi.

Pour aller encore plus loin dans ces constatations, une étude a même prouvé que d’avoir l’impression de faire plus de galipettes que son voisin rendrait plus heureux dans beaucoup de cas !!

Ces recherches, menées par des sociologues américains de l’université de Colorado Boulder, ont duré la bagatelle de 13 ans, notamment le biais d’un institut de sondage qui a réalisé un grand questionnaire auprès de plus de 15 000 personnes.

La première chose qui ressortait de cette étude était, ô surprise, que les personnes qui faisaient le plus souvent l’amour étaient les plus heureuses : en effet, ne pas faire l’amour pendant un an entraîne la probabilité d’être 33% moins heureux que celui qui le fait 2 à 3 fois par mois, 44% que ceux qui le font 1 fois par semaine et 55% qui ont des relations sexuelles 3 fois par semaine !!

Si ces résultats étaient assez évidents, une deuxième donnée a cependant marqué les chercheurs, car étant un peu insolite mais ayant tout de même son importance : concernant les personnes ayant des relations sexuelles 2 à 3 fois par mois, celles-ci voyaient leur bonheur chuter de 14% dès lors qu’elles savaient que quelqu’un de proche faisait des galipettes au moins une fois par semaine !

C’est le professeur Tim Wadsworth qui donne la raison de cette baisse du bonheur : selon lui, la plupart des personnes, quand elles parlent de sexe, ont une tendance à imaginer une fréquence idéale dans le couple, selon ce qu’elles entendent dans les médias ou par des amis.

Et si celles-ci ne se sentent pas dans la « norme », elles angoissent et se retrouvent donc moins heureuses, tout simplement…

Cette star du cinéma lance sa marque de… Lubrifiants !!

VIDÉO – Une cycliste très sexy qui va vous hypnotiser…