in

Avoir un gros pénis : un handicap pour mes relations sexuelles ?

Et si parfois, la taille ça comptait ? On pense fréquemment que les micropénis sont problématiques mais sachez qu’à l’inverse, un trop gros pénis peut également l’être.

Mais attention, ce n’est pas parce que votre engin suscitait bon nombre de commentaires dans les vestiaires après le sport ou que cela figure dans les représentations fantasmées des gens que c’est forcément un avantage. L’important, c’est de pouvoir pénétrer, et ne pas effrayer l’autre d’être pénétré.

Mais alors, à partir de quand peut-on dire qu’un pénis est trop gros ?

La question, ce n’est pas les centimètres. Il y a surtout des confusions à ne pas faire. Un pénis en état d’érection ou un pénis à l’état flaccide (terme indiquant qu’un organe a perdu de sa réactivité) ne donnent forcément pas la même taille. Certains pénis sont gonflés déjà à l’état flaccide et gardent donc quasiment la même taille une fois en érection. Tandis que d’autres sont de petite taille à l’état flaccide et s’étendent plus fortement lorsqu’ils sont en érection.

Un gros pénis : est-ce une limite ? Notamment dans les positions sexuelles ou les pratiques ?

Le vagin a une capacité d’élasticité importante, la preuve, un bébé peut en sortir. Néanmoins un rectum, a une capacité d’accueil sans détente préalable. Pourquoi ? Parce que c’est un muscle, contrairement au vagin. C’est dans ce cas-là qu’il est important d’être dans une relation de bienveillance afin que l’on accompagne le partenaire jusqu’à l’ouverture nécessaire. Ne pas le faire, compromettrait encore plus la réalisation de positions sexuelles et/ou pratiques sexuelles.

 

La première greffe d’un service trois pièces est officiellement un succès !

Pimper la position de la cuillère !