in , , , , , ,

Bronzage du périnée : la nouvelle tendance douteuse d’Instagram

Les beaux jours approchent, le soleil se pointe et nous commençons à entrevoir la fin des mesures de restrictions liées au Covid-19. C’est le signal de départ qu’il vous fallait pour commencer la bronzette. Mais attention toutefois à une nouvelle tendance d’Instagram le « perineum sunning » ou le « butthole sunning » qui prend de l’ampleur… Vous l’aurez compris, il s’agit ici d’une injonction à se faire dorer la rondelle au soleil.

D’où vient cette idée qui semble complètement loufoque ? Une instagrameuse connue sous le pseudonyme de MetaphysicalMeagan, passionée de sexualité et de bien-être, avait conseillé ses abonnés en leur intimant l’idée de s’exposer la zone se situant entre l’entrée du vagin et l’entrée de l’anus chez les femmes, et entre les testicules et l’entrée de l’anus chez les hommes. Cette exposition à la lumière d’une zone qui n’est pas souvent baignée de soleil doit permettre de « charger l’énergie sexuelle ». Cette dernière se libère ensuite lors d’un rapport sexuel et procure un bonheur immense.

Certains scientifiques et experts pointent malgré tout du doigt cette pratique. Ils la jugent dangereuse et sans intérêt. Si le manque d’intérêt d’une telle technique est encore sujet à débat, sa dangerosité, elle, ne l’est pas. Selon les dermatologues interrogés dans le magazine Health, exposer son intimité sans protection peut causer des cancers de la peau et même avec une protection solaire l’exposition prolongée de cette partie du corps peut faire des dégâts à long terme sur l’épiderme.

Si toutefois vous tenez malgré tout à faire bronzer cette zone, il existe plusieurs positions pour y parvenir, la première étant d’écarter les jambes en restant sur le dos. La seconde implique déjà beaucoup plus vos capacités sportives et elle vous demandera de faire la chandelle tout en gardant les jambes bien écartées. Ne vous étonnez pas si cet été vous croisez sur la plage des ahuris qui font une chandelle en écartant les cuisses.

« Macrophilie », le fantasme des femmes gigantesques !

Grapefruiting, et si on se faisait un pamplemousse ?