in

Censurer du porno, pas évident pour ce pauvre chinois…

000_Hkg4829434_0

On le sait, la Chine a pour habitude d’énormément contrôler les comportements de ses ressortissants sur le Net, surtout dans les réseaux sociaux, et dans toute activité qui paraît un peu suspecte et qui ne correspondrait pas aux standards que veut imposer le gouvernement…

Et pour la question du porno, c’est vite réglé !
Il est interdit, et la quasi-totalité du porno légal est donc interdit à la diffusion, tout comme les produits dérivés et autre…

Mais comment est-ce possible d’essayer de contrôler le flux de la pornographie en Chine, dans un pays de plus d’1,5 milliard d’habitants, sachant que par exemple le porno représente 30% du flux internet mondial ?

Et bien c’est très simple : il y a des censeurs !
C’est à dire des personnes qui sont payées à contrôler, bloquer et gérer tous les afflux d’images, de vidéos ou de produits à caractère sexuel !

Autant vous dire que le boulot est assez difficile, d’autant plus que la tâche est immense : 700 dvd saisis par la police, à classer selon des catégories (pornographiques, obscènes, autres…), et donc à visionner en entier !

Mais qui dit tâche immense, répétitive, dit se lasser et avoir du mal à tenir la cadence, surtout lorsqu’on est un chinois de 70 ans !

En effet, Liu Xiaozhen, fonctionnaire pour l’État chinois en charge de la censure, n’en peut plus de tout ces flux pornographiques, et explique qu’il a été vraiment beaucoup gêné à ses débuts dans le métier : « J’ai rougi jusqu’aux oreilles et mon pouls s’est accéléré« .

Il explique ensuite que ce genre de travail peut avoir un impact psychologique très important, et souvent de plus en plus difficile à gérer : les candidats à ce type de poste doivent être mariés, et plutôt âgés !
Ce qui fait que plus le vieillissement se fait sentir, et plus le poids de ce boulot est important…

Surtout que ces censeurs ont un rôle important dans les sanctions, qui peuvent aller jusqu’à la prison à vie concernant le porno !

Mais Liu est un censeur consciencieux : même si « ça rend malade de les regarder, on a même pas envie d’y jeter un coup d’oeil. Mais il faut le faire sérieusement, parce que c’est notre travail« …

 

Une application pour partager votre vie sexuelle !

Quand la musique est bonne…