in ,

Cyber-flashing, la nouvelle tendance des exhibitionnistes

Avec son regard vitreux, sa discrétion suspecte et son grand imperméable avec rien dessous, l’exhibitionniste sauvage est un véritable fléau des transports en commun. Et le pire c’est que ces énergumènes-là n’ont pas manqué le virage technologique. En témoigne une nouvelle mode dans l’étalage agressif et non-sollicité de ses parties génitales : le cyber-flashing.

Plus vicieux que la dick-pic, qui consiste à envoyer une photo de son sexe à quelqu’un via sa messagerie personnelle, mais plus discret que l’exhib à l’ancienne, le cyber-flashing cumule le meilleur (le pire, plutôt) des deux mondes : anonymat et proximité. Et ce progrès dans la nuisance, on le doit, bien malgré elle, à l’application AirDrop qui permet de partager des fichiers à la volée avec n’importe quel appareil Apple à proximité et ce, sans restriction aucune. Et c’est ainsi que des voyageurs qui n’ont rien demandé à personne (essentiellement des femmes d’ailleurs), se retrouvent avec des photos de sexe sur leur téléphone, dans le RER en partant au boulot. Belle journée en perspective…

Mais alors, comment se prémunir de ce phénomène en constante progression ? D’abord, couper le Wi-Fi et le Bluetooth, deux conditions nécessaires eu fonctionnement d’AirDrop. Il est aussi possible, et recommandé, de n’autoriser le partage de fichier qu’avec des utilisateurs déjà enregistrés sur le téléphone, en naviguant dans les options de l’appli.

Vous voilà dorénavant protégé des pervers numériques. Quant aux autres, une bonne paire de tenailles devrait faire l’affaire…

Peau de banane, l’astuce plaisir ?

Le fellation : pratique désormais populaire ?