in ,

De la démocratisation du « rimjob »

Ce n’est pas sale ! Issu de l’anglais « rim », « faille » en français, et « -job », le suffixe qu’utilisent les anglophones pour signifier différentes pratiques sexuelles selon la partie du corps utilisée : blowjob, boobjob, handjob, etc., le « rimjob » désigne cette joyeuse activité qui consiste à s’occuper de l’anus de son ou sa partenaire avec sa bouche. Appelons un chat un chat ; dans la langue de Molière, on dit « bouffer un cul. » Mais même si l’expression apparaît fort appétissante, doit-on vraiment en arriver à de telles extrémités ?

La réponse est « Oui, bien évidemment ! », tout du moins si l’on est curieux de sensations sexuelles nouvelles et émoustillantes. Et pour cause ; chez l’homme comme chez la femme, le pourtour anal est une zone des plus érogènes et la langue s’avère particulièrement adroite pour aller tendrement titiller les coins les plus inaccessibles. Vient alors l’interrogation universelle : c’est un peu cracra, non ?

En réalité, pas vraiment. Pour peu que sa moitié ait fait un petit tour par la douche, en savonnant proprement son intimité, la peau dans ce coin-là a le même goût qu’ailleurs. L’exploration plus profonde se fera en revanche à ses risques et périls.

Alors bien entendu, on ne plongera pas la tête la première entre les contreforts charnus de sa conquête dès le premier rendez-vous ; et comme toutes les autres pratiques sexuelles, on demandera la permission avant d’aller visiter le Terra Nullius. Enfin, on prendra ses précautions quant aux risques de transmissions de MST (digue dentaire, tests et relations de confiance). Mais en dehors de tout ça, aucune raison de s’en priver. Le rimjob, pour lui ou pour elle, sans complexe, car le plaisir est unisexe.

Il fait fortune dans le dessin de zgueg à offrir !

Du lubrifiant spécial Halloween !