in

Découvrez les différences des fantasmes entre les hommes et les femmes !

812173-couple-and-sex

Que l’on soit célibataire endurci ou en couple, nous avons tous des fantasmes enfouis dans un recoin de notre esprit. Parfois inavouables, pervers ou honteux, des chercheurs de l’Université de Montréal se sont penchés sur ces fantasmes atypiques et notamment les différences qu’il peut y avoir selon le sexe.

Cependant, comment définir ce qu’est ou non la normalité en matière de fantasme ? C’est ce qu’indique Christian Joyal, le principal auteur de cette étude :  » Cliniquement, on sait bien ce qu’est un fantasme sexuel pathologique : il peut impliquer des partenaires non consentants, induire une souffrance ou encore être absolument nécessaire pour obtenir satisfaction. Mais à part cela, qu’est-ce qu’un fantasme anormal ou atypique au juste ? Pour le savoir, nous avons questionné plusieurs personnes. « 

C’est ainsi que les chercheurs ont interrogé 799 hommes et 718 femmes, âgés en moyenne d’une trentaine d’années, sur leurs fantasmes à l’aide d’un questionnaire. Dans ce panel représentatif, il y avait 85,1% d’hétérosexuels, 3,6% d’homosexuels et le reste bi.

Voici un premier tableau regroupant les fantasmes les plus fréquents chez les femmes et les hommes.

fantasme1-810x436

Comme vous pouvez le constater, il y a des différences notables entre les hommes et les femmes à ce niveau. Le fantasme commun au deux sexes, est d’avoir des rapports dans des lieux inhabituels, insolites ou romantiques.

D’après les chiffres, il semblerait que les hommes ont plus de fantasmes que les femmes mais surtout ils en parlent avec plus d’entrain et de détails contrairement aux femmes qui avouent préférer que leurs désirs ne deviennent pas réalité.

De plus, les femmes sont 30 à 60% à fantasmer des actes de soumission, tels qu’être attachées, recevoir des fessées ou être fouettées. Elles sont beaucoup plus nombreuses que les hommes 56 % contre 16%) à fantasmer un plan à trois ou plus avec les deux sexes, mais elles préfèrent les plans à plusieurs avec seulement des femmes. Enfin, on sait qu’elles sont d’avantages enclin à tenter l’expérience homosexuelle.

Les hommes, quant à eux, rêvent majoritairement d’éjaculer sur leur partenaire (80 %), de regarder deux femmes faire l’amour (82 %) et d’avoir une relation sexuelle extra-conjugale (83 %)…

Alors au final quels sont les fantasmes déviants ? On y arrive un peu de patience !

Les-fantasmes-les-plus-déviants-810x206

Les chercheurs se sont basés sur la règle suivante : quant un fantasme se situe en dessous de 2,3% c’est qu’il est rare et lorsqu’il est de 15,9 % ou moins, on peut le qualifier d’inhabituel. Il n’y a pas beaucoup de fantasmes dans cette tranche : seuls ceux dédiés au travestisme, au fait d’uriner sur l’autre ou l’inverse ou encore la zoophilie et la pédophilie se retrouvent ici.

Contrairement au mythe, les penchants SM sont loin d’être déviants puisque 50 à 60% des individus en rêvent.

Il faut toutefois prendre cette étude avec des pincettes, car n’oublions pas que les fantasmes varient selon la culture et l’âge de la personne ! Alors vous vous êtes retrouvé dans ces listes ?

Qu’est-ce qu’on fait ce week-end ? On va en soirée Jacquie et Michel !

Elle se filme en faisant de la moto en string et… se fait arrêter !