in , ,

Des femmes ougandaises imposent une taxe sur le sexe à leurs maris !

Ça partait comme une vanne. L’institutrice Annet Nanozi en avait un peu marre de voir son mari, mécanicien de métier, ne rien branler à la maison, en particulier pour ce qui est de s’occuper de leurs quatre enfants. Comme l’époux avait, en plus, la mauvaise habitude de demander du sexe à tout bout de champ, Annet a imposé une condition : tant que monsieur ne daignera pas bouger son gros cul du canapé, chaque rapport sexuel lui coûtera dorénavant des ronds ! Et comme à chaque fois, dans ce genre de « négociations » conjugales, l’homme a abdiqué et commencé à cracher sa thune.

Là où ça devient cocasse, c’est que le concept a fait des émules, et ce n’est pas moins de 31 000 Ougandaises qui se sont mises à imposer la taxe sur le « sexe » à leurs conjoints, pour les sensibiliser au véritable travail que représente l’ensemble des tâches ménagères qu’on exige d’elles.

Evidemment, ça n’a pas manqué de diviser. L’état prônant une société patriarcale et religieuse s’est insurgé contre cette démarche « immorale et « impie ». Mais, en dehors de quelques cas malheureusement tragiques de violence conjugale, beaucoup ont cédé, qu’il s’agisse de passer à la caisse ou de se sortir les doigts à la maison.

Comme quoi, il n’y a rien de plus efficace que le sexe comme monnaie d’échange dans un couple…

 

Commentaires

Loading…

Commentaires

commentaires

« Game of Thrones » : vibrez avec Jon Snow !

Sexe et foot, impossible?