in , ,

Diego, le dieu du sexe centenaire qui a repeuplé son espèce !

Ne vous fiez ni à son teint cireux, ni à son air pataud, Diego est un authentique playboy, un Don Juan, un Casanova. Véritable Hugh Hefner à carapace, cette tortue mâle aujourd’hui centenaire a couché avec toutes les plus belles. Et pour cause, aux prémices de sa longue carrière de séducteur, il ne restait plus que 14 Chelonoidis hoodensis, l’espèce de tortue des Galapagos à laquelle appartient le prodigieux Diego. Et à la seule force de son coup de bassin, le roi des tortues a littéralement repeuplé son monde.

Environ 800. C’est le nombre de bébés tortues que Diego aurait lui-même engendré, sauvant ainsi son espèce de l’extinction. Pensionnaire du zoo de San Diego, il fut réintroduit en 1976 sur l’île de Santa Cruz, à quelques encablures de sa terre natale, l’île d’Espanola dont son espèce est endémique. Et ce, dans un seul but : forniquer encore et encore avec toutes celles qui voulaient bien de lui, dans le cadre d’un programme de reproduction intensive. Mais réduire sa contribution au simple hasard d’un voyage sur l’île de la tentation serait faire bien peu de cas des talents de l’animal en matière de bagatelle. Nul doute que sa personnalité franche, sa vigueur autoritaire et son brame tonitruant y sont pour beaucoup dans le succès de notre mâle alpha auprès de la gente féminine.

À présent, alors que pratiquement 40% de la population de l’île appartient dorénavant à la descendance de Diego, ce dernier peut enfin profiter d’une retraite bien méritée sur la terre de ses origines. Et s’il devait s’éteindre, souhaitons-lui de se réincarner en panda. À l’aube de la sixième extinction de masse, le monde à désespérément besoin de dieux du sexe tels que lui

Comment atteindre l’orgasme plus facilement ?

La bougie senteur « moule fraîche » de Gwyneth Paltrow