in ,

D’où vient la masturbation ?

Pardon de vous décevoir avec cette question piège, mais il ne s’agit pas ici de retrouver le premier être, dans toute l’histoire de la planète, à s’être titillé le pistil. Et pour une raison très simple, la plupart des mammifères s’y adonnent généreusement, et ce de tout temps. Difficile en ces conditions de démasquer le branleur zéro.

Non, il est plutôt question d’interroger la façon dont on a nommé cette pertinente activité, et les connotations négatives qu’on lui a du coup attribuées. Selon certains, le terme apparaît pour la première fois dans le deuxième livre des Essais de Montaigne, sous la forme « manustupration », du latin « manus », la main, et « stupratio », salir/souiller. Une autre hypothèse rapprocherait le terme du verbe grec « mastropeuein », c’est à dire « prostituer » (quelqu’un ou quelque chose). Autant dire qu’à l’époque, on n’était pas hyper-favorable à la pratique.

Pour ce qui est de son synonyme « onanisme », ce n’est pas beaucoup mieux, puisque la toute première occurrence serait issue d’un pamphlet anonyme de 1712 sobrement titré Onania ; or, The Heinous Sin of Self-Pollution, and all its Frightful Consequences in Both Sexes, en français « Onania ; ou L’Abominable Péché de l’Auto-Pollution, et ses terrifiantes conséquences pour chaque sexe », référence biblique au péché d’Onan, tué pour avoir préféré dilapider sa semence plutôt que d’engrosser sa belle-sœur. Ambiance…

En bref, si vous ne voulez pas culpabiliser, ne vous masturbez plus, pignolez-vous !

Le voile se lève sur l’appétit sexuel des séniors

Actus : Les stars du X et le confinement