in , , ,

Dry humping, le meilleur des compromis

Traduit littéralement en « frottement à sec », le dry humping n’est pas une technique révolutionnaire et écologique pour faire la lessive. Au contraire, même, la pratique s’avère plutôt salissante. Mais au fait, quel est donc cet étrange concept ?

Pour faire simple, le dry humping, c’est le fait de « baiser tout habillé », sans même ouvrir la braguette, ni d’un côté, ni de l’autre. « Quel est l’intérêt ? », me direz-vous. Eh bien déjà, rappelons que le spectre de la sexualité ne se résume pas qu’à la pénétration, loin s’en faut. Ensuite, soulignons que selon les situations, il n’est pas toujours évident de se désaper pour faire claquer les chairs nus en abouchant ses orifices. Pudeur, discrétion ou bonnes manières, les raisons de ne pas céder au péché sont nombreuses. Or, il est tout de même possible, dans ces conditions, de recevoir et prodiguer du plaisir sexuel.

Pour cela, il faut et il suffit de se tenir l’un contre l’autre, bas-ventre contre bas-ventre, et de remuer le bassin avec sensualité, tempo adagio, en agrémentant le moment de baisers et de caresses langoureuses. Le tout est de ne jamais franchir la frontière vestimentaire d’autrui, sinon c’est tricher, et de se laisser kiffer. Excitation garantie, orgasme facultatif…

Pour les « pas le premier soir » et autres weekend-séjour chez belle-maman, le dry humping s’impose comme le compromis parfait pour se donner du plaisir sans enfreindre les limites.

Mike Tyson baisait juste avant d’entrer sur le ring, et la raison va vous étonner !