in ,

Elle s’auto-publie car son éditeur ne voulait pas mettre « masturbation » sur la couverture

« Le petit guide de la masturbation féminine » a failli ne jamais voir le jour ; en tout cas sous ce nom-là. En cause, la décision de l’éditeur initialement choisi pour publier ce petit recueil tutoriel, destiné à vulgariser l’onanisme féminin, de ne le faire imprimer que si l’auteure, Julia Pietri, acceptait de revenir sur le titre pour en ôter le terme « masturbation ». Pas « branlette », pas « doigtage », non, non ; le mot « masturbation », jugé trop sulfureux pour notre expert en littérature. On croît rêver.

Et comment aurait-il fallut l’appeler, alors ? « Comment se beurrer le mille-feuilles », ou « Farcir l’abricot, les 100 techniques », pour le côté petite cuisine bon-teint ? « Lustrer la plomberie », pour conquérir le lectorat masculin ?  « Eve, baise-toi, de Julia Pietri » (oui, on a osé…), pour jouer sur les références ? À un moment, appelons un(e) chat(te) un(e) chat(te)…

Toujours est-il que l’écrivaine n’a pas attendu que la maison d’édition vire sa cuti. Elle est partie de son côté et a décidé de s’auto-éditer grâce au financement participatif. Elle propose donc son « Petit guide de la masturbation féminine » -avec « masturbation » en lettres d’or, s’il vous plaît-, sur Ulule jusqu’au 4 avril. 1 600 exemplaires se sont déjà vendus. Comme quoi, des fois, il n’y a pas à tortiller du c… heu… je veux dire… à tourner autour du pot.

 

 

Avoir de gros testicules est peut-être un mauvais signe…

Connaissez-vous l’existence du point A ?