in

A en perdre la beurette

Baiser sans tabou pour sortir de la cité. Dans l’imaginaire collectif pornographique, les Beurettes titillent la libido masculine au plus haut point en incarnant ce fantasme en forme de conte de fées moderne, même si elles restent généralement cantonnées à une stature mi-pute, mi-sou-mise. Sans oublier cette histoire de voile et de tentation…

C’est un mot-clé, en apparence, relativement innocent. Beurette. Un dérivé du verlan d’arabe qui s’est imposé, depuis les années 1980, pour désigner, à la base, une femme née en France mais dont les parents sont des immigrés du Maghreb. Seulement, une langue vivante est toujours amenée à évoluer, de surcroît quand il s’agit d’un néologisme, et le site Dico2Rue nous apprend que la définition a ainsi évolué pour désigner, aujourd’hui, une « fille maghrébine qui met énormément de fond de teint (qui devient orange) qui traîne dans les chichas pour les mecs (sans forcé-ment coucher) » ou encore une « fille (tchoin) qui se maquille comme une pute ». Pourtant, tout n’est pas qu’une question de maquillage…

Retrouvez la suite de cet article dans le magazine JACQUIE ET MICHEL MAG N°14

Lire la suite

Photos de tournage de Cherry Kiss (Le cadeau)

Photos de tournage de Tracy Rose (Le cadeau)