in ,

En voie d’extinction à force de trop baiser !

On connaissait les pandas, qui frôle l’extinction parce qu’ils ont la flemme de se faire un petit cinq à sept de temps en temps. Nous avons désormais l’exemple inverse : des petits marsupiaux australiens qui meurent pendant leur période annuelle d’accouplement des suites d’une libido trop effrénée.

Ces petites bêtes (de sexe), les antechinus à queue noire et leurs cousins, les antechinus à tête d’argent, peuvent baiser non-stop jusqu’à quatorze heures d’affilée, avec les conséquences qu’on imagine. Ils terminent généralement leurs marathons sexuels, où ils enchaînent autant de partenaires qu’ils le peuvent, aux portes de la mort, titubant en pleine journée, alors qu’ils sont nocturnes, perdant leurs poils et saignant de diverses parties de leurs corps.

Le réchauffement climatique et la disparition progressive de leur habitat naturel seraient les causes de cette frénésie sexuelle, décuplant le taux de testostérone des mâles afin de plus procréer. Ironiquement, ce serait donc leur instinct de préservation qui accélèrerait leur extinction.

À voir la gueule de notre planète, si notre civilisation devait finir par courir ce genre de risque d’extinction massive, j’espère malgré tout que nous suivrons la même voie que ces drôles de bestioles : baiser jusqu’à ce que mort s’en suive. Ça nous promettrait au moins de finir en beauté !

Il entre par effraction chez Rihanna dans l’espoir de coucher avec

Vos photos du matin du 22 Mai 2018 !