in ,

Et si l’on s’essayait au côte-à-côtisme ?

Vous aimeriez faire l’amour en public, au milieu de plein de gens eux aussi à leurs affaires coquines ; mais le problème de l’échangisme, c’est qu’il faut échanger. Et la fourmi n’est pas prêteuse. Puis, si c’est pour troquer votre somptueuse moitié pour un modèle vachement rutilant, c’est quand même pas de bol. Heureusement, l’univers du libertinage est vaste et il y existe une pratique qui devrait vous plaire à coup sûr : le côte-à-côtisme.

Tout est dans l’intitulé : il s’agit simplement de coucher avec son ou sa régulière, à côté d’un ou plusieurs autres couples, sans interactions physiques avec les autres binômes. Vous jouissez ainsi de l’ambiance exhib-voyeuriste, de la débauche de luxure et de l’imagination perverse de vos voisins, sans contracter d’insupportables cas de conscience quant à vos vœux de fidélité.

Qu’il s’agisse d’une initiation au libertinage, en vue de s’essayer plus tard à plus coquin, ou de l’extrême limite exhibitionniste de votre couple, les règles doivent toutefois être claires entre toutes les parties avant de commencer : contact ou distance, interactions verbales, possibilités de dériver vers plus si les choses se passent bien… Aussi, sauf cas particuliers, il ne s’agit en rien d’une compétition, inutile de passer son temps à zyeuter chez les autres pour voir qui pilonne le plus vite ou tient le plus longtemps. L’idée est surtout de magnifier son plaisir sexuel par la sensualité dont font preuve tous les autres.

Quant à savoir avec qui pratiquer, deux choix s’ouvrent à vous : avec des amis ouverts d’esprit, pour le côté « comme à la maison », mais aussi le risque de malaise au prochain barbeuc ; ou avec des inconnus, pour pouvoir repartir chacun de son côté, sans mentions futures de vos galipettes collectives.

Quoi qu’il en soit, avec un petit peu de courage, de confiance et de vice, tout se passe généralement très bien !

Tournages : Chris Demer les aime belles et rebelles

Quelques mots sur le transport de poupée sexuelle