in

Fantasme : dites-nous quel est le vôtre ?

Sub-yu-fantasme-1

 

S’il existe une chose commune entre les hommes et les femmes, c’est bien d’avoir des fantasmes : bien sûr, ce ne sont pas toujours les mêmes !

Les hommes auraient en effet plus de fantasmes sexuels explicites, quand les femmes attachent de l’importance au contexte romantique de la sexualité.

Il en existe même des sexuels inhabituels : c’est ce qu’ont mis en lumière des chercheurs en psychologie de l’Université du Québec en interrogeant 799 femmes et 717 hommes, les auteurs de cette étude reprise dans « The journal of sexual medicine » ont ainsi listé 55 fantasmes.

2% des personnes interrogées évoquent le fantasme (qualifié de rare) de zoophilie, voire de pédophilie, on retrouve ensuite dans ceux jugés inhabituels, le voyeurisme, le fétichisme, voire la soumission.

Neufs fantasmes jugés inhabituels sont mentionnés par 16 % des participants hommes et femmes comme uriner sur son partenaire, porter des vêtements du sexe opposé, forcer une personne à avoir des rapports, fréquenter des prostituées et faire l’amour avec un homme (pour les hommes)…

Dans des choses plus classiques, un des premiers fantasmes chez les femmes est d’éprouver des émotions romantiques quand elles font l’amour : le décor, l’ambiance sont donc des éléments à priori essentiels pour les femmes.

Chez les hommes, les fantasmes sont plus crus, plus directs : fellation, rapport avec deux femmes ou plus, adultère, regarder deux femmes ensembles… sont les plus courants, même s’ils montrent aussi des fantasmes de soumission.

Soumission, qui au final est partagée par les deux sexes : 53% des hommes, 65 % des femmes.

Évidemment, cela reste de l’ordre du fantasme, pas question pour autant de passer à l’acte, car sinon ce n’en est plus un.

Et vous : soumis, travesti ou juste une bonne pipe avec la voisine, et si vous nous confiez vos fantasmes ?

Vos photos du matin du 9 Mars 2017 !

Photos du tournage de Stella Cox (La détective)