in , , , ,

Findom, quand donner de l’argent devient un fétichisme sexuel !

En général, se faire ponctionner de l’argent ne fait jamais plaisir. Que la responsabilité de cet allègement soit portée par votre enfant un brin insistant au rayon jouet du magasin, par les finances publiques ou par votre inconscience devant cette magnifique paire de chaussures en soldes, perdre de l’argent ne satisfait personne. Presque personne, devrions nous dire.

Le « findoming » qui tire son nom de la contraction de « financial domination » (domination financière), est une pratique BDSM dans laquelle un soumis va couvrir une femme de présents. La « déesse » autoproclamée trouve bien évidemment son compte dans cette transaction, mais qu’en est-il pour le dominé qui se retrouve lésé ? Car dans cette transaction, nulle obligation pour la dominante de fournir une récompense sexuelle quelconques, ni photos explicites, ni faveurs sexuelles. Le plaisir du payeur est avant tout cérébral et symbolique. Cette emprise psychologique intense représente pour certains la quintessence de la domination, « Donner simplement sans rien attendre en retour est considéré comme l’acte de dévotion et de dévouement le plus soumis », assure Maitresse Harley, une dominatrice américaine qui s’adonne au findom.

Mais cette pratique n’est évidemment pas sans risque… Comme pour d’autres pratiques addictives qui engage de l’argent, le jeu ne doit pas franchir certaines limites ! Les témoignages de dominés qui se sont retrouvés sur la paille s’accumulent. La domination financière devrait donc selon certaines dominatrices « ne jamais dépasser les limites du raisonnable ».

Laissez tomber le bondage, passez plutôt aux chatouilles…

Pourquoi faut-il oser coucher le premier soir ?