in

Il placarde des photos coquines de son ex dans toute la ville !!

kyndra-mcgaw-sexy-swimsuit-on-yacht-1680x1050

Voici une histoire qui a de quoi faire rire, mais qui, quand on regarde d’un petit peu plus près, fait froid dans le dos : si on a de cesse de vous répéter de faire attention lorsque vous prenez des photos coquines et/ou sexy de vous notamment avec votre smartphone, faites également attention à celui ou celle qui tient le fameux appareil !!

Car ce qui est arrivé à cette pauvre femme de 35 ans, on ne le souhaite à personne : travaillant dans un milieu très fermé, celui du yachting, elle était devenue la maîtresse d’un capitaine de bateaux de plaisance : tout se passait bien, jusqu’à ce que la femme cocue de ce dernier se rende compte de quelque chose, et décide de demander le divorce.

Malheureusement pour la maîtresse, c’est elle qui va être le bouc émissaire du capitaine : jugeant que c’était de sa faute à elle s’il s’était fait découvrir par sa femme, il allait lui faire vivre l’enfer pendant presque 1 an et demi…

Outre les messages orduriers qu’il lui envoyait régulièrement, il a décidé de franchir un cap dans sa folie, afin de faire payer la pauvre trentenaire qui ne méritait décidément pas ça !

Il décide alors d’envoyer à ses proches, ses amis, ses voisins et même ses collègues de travail des photos très intimes d’elle, afin de l’humilier publiquement : ne s’arrêtant pas en si bon chemin, et avec une haine assez incroyable, il allait continuer ses méfaits, qui augmentaient graduellement en intensité…

La suite, c’est un profil sur un réseau social bien connu, où il donne les coordonnées de son ex-maîtresse et propose également des prestations sexuelles de sa part !

L’armateur, qui employait les deux ex-amants, en a forcément assez de ces histoires sordides, et décide de les virer purement et simplement : la goutte d’eau qui fera encore plus déborder le vase bien plein et chancelant du capitaine de plaisance !

Dans sa folie, il « s’amuse » donc à placarder les mêmes photos de cette femme dans son immeuble, sur les murs de la ville, et un peu partout où il était possible de coller des affiches : son ex-maîtresse, qui avait déjà porté plainte contre lui, se porte désormais partie civile dans le procès qui allait suivre.

Procès auquel l’homme ne se présentera pas, mais où il récoltera tout de même un an de prison ferme, ainsi que le versement de 10 000€ de dommages et intérêts à sa victime…

Messieurs, ne visez plus le « point G » mais plutôt le « CUV » !!

Elle se balade topless dans les rues de Montréal.