in , , ,

Il se déchire les poumons alors qu’il se masturbait !

Pour la première fois dans l’histoire de la médecine, un jeune homme s’est déchiré les poumons pendant qu’il se masturbait ! Nous savons tous que la masturbation peut avoir certaines répercussions néfastes lorsque celle-ci est trop régulière, mais de là à se déchirer un poumon, c’est quand même une situation assez improbable !

C’est donc le 24 mars 2022, dans la revue médicale Radioly Case Reports, que cette histoire insolite a été mise en avant. Il s’agit d’un jeune homme Suisse qui se plaignait de douleurs au thorax et de gênes respiratoires. Pour trouver la cause et remédier à cette gêne assez intense, il s’est rendu aux urgences où les infirmiers lui ont fait passer un examen de contrôle. Ils se sont alors rendu compte qu’il souffrait d’un pneumomédiastin spontané. Un pneumo quoi ? Un pneumomédiastin est une déchirure des membranes pulmonaires, due à l’augmentation de la pression sanguine dans la cage thoracique. Cela entraîne alors l’accélération du rythme cardiaque, ne donnant pas assez de temps aux poumons pour réagir, provoquant alors des déchirures. Cela est souvent diagnostiqué chez les jeunes hommes d’une vingtaine d’années souffrant d’asthme, de vomissements excessifs ou de toux violentes. Alors, oui, après toutes ces explications médicales, vous vous demandez sûrement en quoi la masturbation à avoir dans ce cas-là. Car dans l’absolu, le fait de se masturber ne présente pas de risques de déchirure pulmonaire. Oui, mais voilà, ce jeune homme, même s’il était atteint d’un asthme léger, a expliqué aux médecins qu’il était en train de se masturber lorsqu’il a ressenti les premières douleurs au thorax. C’est alors qu’il a été mis en avant, dans le rapport de la revue médicale, que des cas similaires ont été rapportés. Bien qu’ils soient tout aussi rares, ces derniers ont rapporté que des personnes ont souffert d’un pneumomédiastin spontané, mais ici, après avoir fait l’amour.

Alors, oui, ce jeune Suisse s’est bien déchiré les poumons pendant qu’il se masturbait, mais les scientifiques sont assez réservés sur le fait qu’il s’agisse du facteur principal. Il doit probablement s’agir d’une accumulation de facteurs qui a provoqué cet état, qui on vous rassure, est bénin dans la majorité des cas.

Le sexe sans lendemain s’accorde mieux au masculin

Hardos : Enculée par le docteur