in , , ,

Jouer avec des légumes, est-ce vraiment sain ?

Concombres, carottes, aubergines et autres poireaux, Mère Nature est une grande pourvoyeuse en denrées de formes oblongues plutôt suggestives. De là à se servir des fruits et légumes comme sextoys, il n’y a qu’un pas que certain(e)s franchissent allègrement. Mais est-ce vraiment une si bonne idée ?

Certes, l’agriculture biologique se veut garante d’un mode de vie sain et responsable. Ceci dit, explorer sa cavité anale ou vaginale à l’aide des produits de la terre nourricière n’est pas forcément l’idée du siècle. Outre les potentiels pesticides, naturels ou artificiels, utilisés lors de la culture, l’humus et l’engrais, souvent présents en faibles quantités à la surface des légumes, sont aussi porteurs de germes pas très compatibles avec la flore bactérienne qui peuple notre intérieur. Même dument lavés voire épluchés, ces accessoires sexuels improvisés ne sont pas neutres pour la physiologie humaine. Il convient donc d’éviter d’introduire telle quelle l’étale du maraîcher dans sa petite boutique du plaisir.

Pour les inconditionnels de la sexualité « vegan », il est toutefois possible de poursuivre ses amours végétales, mais à deux conditions. Déjà, éviter tous les fruits et légumes qui pourraient se désagréger à l’intérieur, comme la banane pelée, un grand classique. Ensuite, il est idéal de recouvrir l’objet de sa passion d’un préservatif ; comme n’importe quel nouveau partenaire, on ne sais jamais où le bougre a traîné.

Quand l’Angleterre interdit les plans Q

Comment écrire un bon sexto ?