in

La dépendance au porno serait un mythe !

porn_2888089b

Alors que 30% des données qui circulent sur Internet seraient du contenu pornographique, on entend de plus en plus parler de « dépendance au porno » . Mais selon David Ley, psychologue à Albuquerque (Etats-Unis), cette dépendance n’existerait tout simplement pas.

Ce dernier, après avoir examiné de nombreuses études relatives à ce sujet, s’est rendu compte que si 37% des études scientifiques expliquent que regarder à trop forte dose du porno est une dépendance, seulement 27% de ces études se basent sur des données réelles.

Selon David Ley, toutes les études réalisées jusqu’à maintenant manquent donc clairement de preuves et de données chiffrées concrètes. Il ajoute également que les études ont pour défaut de – bien souvent – se focaliser sur des cas isolés et en faire une généralité.

Le psychologue explique que, selon lui, le porno ne provoque pas de modifications dans le cerveau de ceux qui en regardent ni de troubles de l’érection comme certains aimeraient le faire croire. D’après ses propres recherches et celles de son équipe, les personnes qui se disent dépendantes au porno auraient souvent le même profil : un homme à forte libido qui cherche de la nouveauté, de nouvelles sensations.

En clair, la plupart des études menées jusqu’à maintenant sur le sujet ne sont que peu abouties, trop succinctes. Méfiance donc à l’avenir lorsque vous lirez un article sur le sujet, il y a de fortes chances qu’elle ne vaille pas grand chose 😉

Homme ou femme : qui trompe le plus ?

Résumé de la soirée « femmes fontaines » du visio !