in , , ,

La femme qui ne peut faire l’amour qu’une fois par an

Nathalie Bricker souffre le martyre chaque fois qu’elle est excitée.

La prochaine fois que votre dulcinée prétextera une migraine quand vous émettrez l’idée de lui planter le javelot dans la moquette ou que votre cher et tendre se plaindra de ce vilain tour de reins contracté lors d’un concours de limbo au camping de Pouldreuzic-les-Flots en 2003 alors que vous le reluquez avec des yeux qui crient braguette, parlez lui de Nathalie Bricker.

Cette jeune femme de 35 ans, résidente du Delaware, subit de telles douleurs lorsqu’elle est excitée qu’elle ne peut faire l’amour avec son mari qu’une fois par an et doit ensuite tenir le lit pendant plusieurs jours, un sac de glace entre les cuisses afin de soulager l’intolérable douleur.

C’est en 2018 que l’infortunée a été diagnostiquée d’un Trouble Persistant de l’Excitation Génitale, causée selon elle par un accident de voiture survenu 17 ans auparavant. « C‘est comme se faire heurter de plein fouet par un semi-remorque », dit-elle à propos de la douleur qu’elle doit endurer.

Elle choisit pourtant, une fois par an, d’endurer le martyre de faire l’amour avec son époux, inquiète des répercussions qu’une abstinence totale pourrait avoir sur son mariage. « Je me prépare en buvant quelques verres mais c’est toujours une agonie », explique-t-elle. « Chaque fois que je ressens du plaisir, la douleur arrive et s’amplifie. Je ne peux même plus marcher et par la suite, cela me gratte terriblement. Si j’essaye de me masturber, je ressens comme des coups de poignard autour de mon clitoris. »

Robert était au courant de la maladie de sa femme avant de l’épouser et endure la situation avec stoïcisme et soutien. « Elle a tout essayé, des injections de Botox, une injection pour bloquer les messages de son nerf pudendal, des psychiatres, des spécialistes, les anti-douleurs… Je suis un éternel optimiste, je suis certain qu’un jour un médecin parviendra à la soigner ! Je l’aime tellement et je ne veux pas rater l’opportunité d’être avec elle pour la vie. »

Seul souci pour ce couple courageux : ne pas pouvoir fonder une famille. Mais Robert et Nathalie se déclarent désormais prêts à se lancer dans un parcours d’adoption afin de réaliser ce rêve.

En tout cas, si son mari est un peu sportif, il pourra toujours se consoler en s’adonnant au jeu de la biscotte avec ses coéquipiers dans les vestiaires.

Offrez-vous un calendrier de vulves comestibles pour Noël !

Ces choses que font les femmes qui sont de véritables « tue-l’amour » !