in ,

La première greffe d’un service trois pièces est officiellement un succès !

C’est une première mondiale. Il y a un peu plus d’un an et demi, on greffait pénis et scrotum sur le corps d’un vétéran de l’armée états-unienne atrocement mutilé sur un théâtre d’opération. Des années de préparation pour améliorer la technique et trouver un donneur compatible ; quatorze heures sur le billard ; des centaines des vaisseaux sanguins microscopiques à connecter entre le corps du soldat et les quelques 2,5 kilogrammes de barbaque d’occasion comprenant tout à la fois le phallus, la poche testiculaire et une partie de la ceinture abdominale… En un mot, un défi colossal.

Ce genre d’opération avait bien été initiée en Chine, en 2006, mais le rejet de la greffe et de la femme du patient (véridique) avaient alors eu raison de cette première tentative. Plus de dix-huit mois après cette seconde tentative, les médecins sont aujourd’hui confiants pour l’affirmer : c’est un succès ! 

Le transplanté éprouve érections et orgasmes, tout en jouissant d’une sensibilité tactile parfaitement précise. Les chirurgiens ont toutefois jugé bon de ne pas transplanter les testicules, puisque leur patient aurait alors pu concevoir des enfants avec le patrimoine générique du donneur ; une décision plutôt raisonnable.

Toujours est-il que cette nouvelle incroyable sonne comme une note d’espoir non seulement pour tous les estropiés du bas-ventre, mais aussi pour tous les déçus de l’amour, qui peuvent enfin léguer leur matériel sous-exploité à d’autres qui en feront meilleur usage…

50 000 $ pour une partie de frisbee topless !

Avoir un gros pénis : un handicap pour mes relations sexuelles ?