in , ,

La styliste Kaimin tente de réhabiliter la perruque de vulve !

Vous aussi, vous avez toujours trouvé que les défilés de mode, c’était des filles sous-alimentées qui jouaient aux cintres ambulants devant un parterre de stars has-been et de rentiers libidineux, bien souvent engoncées dans ce qui semble être un croisement improbable entre un sac-poubelle et une guirlande de Noël que votre décence, ainsi que votre banquier, vous interdiraient de porter ? Les puristes vous diraient que vous n’avez rien compris, que vous êtes inculte, qu’il s’agit d’une « forme d’art », que ce n’est pas « du prêt-à-porter mais du prêt-à-rêver. » Nous, nous nous contenterons de vous montrer ça :

Ceci, Mesdames et Messieurs, est une perruque de vulve, l’accessoire qui a fait sensation lors de cette dernière Fashion Week new-yorkaise…

Il faut savoir que Kaimin, la styliste, sans doute visionnaire, qui a organisé le lâcher de foufoune à iroquoise sur le podium, n’a pas inventé le concept. La moumoute à minou, ou merkin (son nom officiel), daterait du XVème siècle. À cette époque où le poil pubien était le comble de l’élégance, elle était alors portée par les prostituées qui se rasaient, pour éviter d’héberger les morbacs, mais souhaitaient, malgré tout, être à la pointe de la coquetterie. Plus tard, elle devint un accessoire de cinéma pour les actrices pudiques qui souhaitaient simuler la nudité.

Comme quoi, la haute-couture nous en apprend tous les jours…

 

Les bienfaits qu’apporte le sexe !

L’orgasme vaginal n’existerait pas !