in , ,

La taille de votre pénis vient de votre papa ou de votre maman ?

Ou encore de Pépé La Matraque, qui avait la réputation d’avoir été très largement gâté par la Nature ?

Dans un monde ennuyeux et homogène, les hommes auraient tous la même couleur de cheveux, la même taille et le même pénis tandis que les femmes auraient toutes les mêmes formes et leurs vagins seraient semblables en tous points. Fort heureusement ce n’est pas le cas et l’aspect de nos parties génitales est en grande partie hérité de notre capital génétique, ce qui peut parfois produire d’étranges résultats.

Cependant, déterminer qui dans votre arbre généalogique est à blâmer (ou remercier) pour la taille de votre virilité est complexe. Vos parents jouent un rôle évident, mais aussi leurs parents et les parents de leurs parents.

Au commencement était le foetus

Lors des 7 premières semaines de développement, les foetus masculins et féminins sont identiques, sans marquage sexuel. Si votre père vous a donné son chromosome Y, vous allez commencer à développer des parties génitales masculines à partir de la huitième semaine.

Mais même si votre papounet vous lègue votre sexe biologique, votre mamounette a son mot à dire concernant votre entrejambe. « C’est un domaine qui n’est pas encore totalement compris, mais beaucoup des gênes impliqués dans le développement de votre pénis et de vos membres proviennent du chromosome X, » explique Daris Paduch, directeur de la santé sexuelle et de la médecine chez Weil Cornell. « Les hommes ont un chromosome X et les femmes deux. Comme les hommes héritent du chromosome X par leur mère et que la sélection de ce chromosome est aléatoire, il est possible qu’un fils hérite d’un gêne présentant un gros pénis quand un autre fils ne l’obtiendra pas. »

Trafic d’influences

Cependant, Paduch prévient que les hommes d’une même famille ont tendance à partager la même taille et longueur de pénis. « Si un père a un gros pénis, son fils a de grandes chances d’en hériter. » Mais c’est comme les antiobiotiques, c’est pas automatique.

Les gênes dormants, transmis de génération en génération, peuvent en effet apporter leur grain de sel. C’est par leur action que vous pouvez avoir un enfant roux même si les parents ne le sont pas, par exemple.

La génétique peut aussi être influencée par des facteurs extérieurs, comme l’environnement. Des recherches de l’université d’Edimbourgh tendent ainsi à prouver qu’une exposition hormonale lors du développement du foetus peut accélérer la croissance du pénis, sans toutefois agir sur la taille du membre à l’âge adulte.

Par contre, cette exposition hormonale peut le rendre plus petit au final. « Des oestrogènes présents dans l’environnement à l’âge de la puberté peuvent être associés à des pénis plus petits, » se désole Paduch. Des perturbateurs endocriniens que l’on peut retrouver dans les pesticides ou les cosmétiques, par exemple.

En somme, il n’y a rien à faire pour agrandir la taille du pénis que la génétique vous a offert, mais il y a des moyens de ne pas la réduire. Paduch recommande ainsi d’avoir autant d’érections que possible. « Utilisez votre pénis, beaucoup d’études ont prouvé le lien entre une réduction de la taille du pénis et un nombre faible d’érections. Beaucoup d’hommes s’inquiètent de la taille de leur pénis et le stress causé peut aboutir à un rétrécissement, c’est ce que l’on appelle le pénis caoutchouteux. »

Ne blâmez donc pas votre maman ou votre papa, ou Pépé la Matraque, pour la taille de votre pénis et, surtout, bandez autant que possible !

Doit-on prévenir les enfants quand on part faire des galipettes ?

Embrasser est-il plus important que l’acte lui-même ?