in ,

Le coronavirus va-t-il provoquer une pénurie de préservatifs ?

Ce sont les journalistes du Guardian qui révèlent l’affaire. Le monde pourrait se retrouver en dèche de capotes au sortir de la quarantaine. Pourquoi donc ? La population se serait-elle inconsidérément jetée sur les préservatifs en perspective du confinement, par peur de manquer d’occupations constructives ? Que nenni ; la raison est beaucoup plus pragmatique.

Urgence mondiale oblige, la production de biens de consommation courante non-essentiels est au ralenti. Or, assez injustement, l’usage de protections contraceptives n’a pas été ajouté à la liste des premières nécessités. Aussi, les usines de Chine et de Malaisie, principaux exportateurs, ont énormément réduit la cadence, quand elles ne sont pas tout simplement à l’arrêt, faute d’ouvriers disponibles pour les faire tourner. Les stocks mondiaux accusent ainsi un manque de 100 millions de pièces à l’heure où nous parlons.

Mais pas de panique. Les gouvernements locaux ont pris la mesure du problème et commencent à envisager une réouverture progressive des sites de production, histoire de ne pas laisser la planète entière dans la panade. Et puis, si en définitive pénurie il y a, il suffira de prolonger les mesures de distanciation sexuelle auxquelles nous seront finalement rompus : chacun de son côté, séparés de plus d’un mètre cinquante, en respectant bien les gestes-barrières…

L’été s’annonce sexy !

Testicuzzi, l’innovation bien-être ultime ?

Pourquoi avez-vous des nausées après le sexe mesdames ?