in , , , ,

Le covid favoriserait la contrebande… de sperme !

D’après le Jerusalem Post, un canard pourtant plutôt porté sur la conception virginale, la pandémie mondiale aurait pour conséquence assez inattendue d’encourager la contrebande de gamètes masculins. Mais pourquoi donc ?

Il se trouve que malgré le confinement et les restrictions sanitaires, les cliniques d’insémination américaines sont parvenues à se maintenir ouvertes et à honorer les commandes ; au point que certaines banques du sperme ont enregistré un chiffre d’affaires à la hausse de 20 % en 2020. Alors quel est le problème ?

Eh bien ce sont les donneurs ! Morosité ambiante oblige, les contributeurs seraient en effet plus enclins à éponger le cyclope avec une feuille de Sopalin qu’à pourvoir les autorités compétentes du fruit de leur labeur. En découle une pénurie qui allonge les files d’attente. Du coup, les aspirantes à la maternité s’organisent, en dehors du cadre légal, en postant des petites annonces sur Facebook, au sein de groupes spécialisés tels que « Sperm Donation USA » ou « USA Sperm Donation ».

Bien que saugrenue, et en apparence bénigne, cette petite contrebande de foutre n’est pas sans risque, aussi bien légal que sanitaire. Car, hors du cadre institutionnel, un donneur privé peut exiger des droits quant à la garde de la progéniture conçue, tout comme la nouvelle maman peut attaquer son partenaire d’éprouvette pour abandon de paternité. Et ça, c’est sans compter la probabilité non-négligeable de se tartiner les muqueuses avec de la mayonnaise frelatée. À bon entendeur…

Quel est le nombre idéal de partenaires sexuels pour une relation épanouie ?

Vous aimez les gros culs ? C’est à cause du changement climatique !