in

Le jockstrap est-il l’avenir de l’homme ?

En matière de lingerie, les dames ont l’embarras du choix. Culotte ou shorty, string ou tanga, taille basse ou taille haute, satin ou dentelle, on ne sait même plus ou donner de la fesse. Pour ces messieurs en revanche, rien que le sempiternel tryptique : slip, caleçon, boxer (si ce n’est peut-être un string de temps en temps, pour les occasion festives). Mais alors, comment mettre en valeur son boule dûment bombé par des heures squats ridicules à la salle de sport, quand on est un mâle viril ?

La réponse tient en deux syllabes : jockstrap. Si, à l’origine, le terme désigne cette fameuse coquille protectrice de sport, portée sous le pantalon pour couvrir ses parties intimes, il n’a pas fallu grand chose pour adapter le concept à un usage plus sexy : une coupe flatteuse, un matériau noble et/ou ajouré pour le cache-sexe, des couleurs criardes pour les lanières ceignant les cuisses et l’élastique de taille, et le tour est joué. Voilà un dessous seyant qui, en plus d’emballer le paquet avec un relief carrément ostentatoire, laisse les parties charnues entièrement à l’air, offertes aux regards indiscret d’un ou d’une partenaire aussi voyeuse que désireuse…

Plébiscité comme sous-vêtement d’apparat dans la communauté gay, pour la vue imprenable qu’il offre sur le postérieur des copains, le jockstrap ne pourrait-il pas devenir l’accessoire indispensable de la barde-robe de l’homme moderne, sûr de lui et soucieux de son allure, quelle que soit son obédience sexuelle ? La question mérite d’être posée…

Le secret du Point G dévoilé sur TikTok ?

Les saisons ont-elles un impact sur notre libido ?