in ,

Le lavement est-il réellement recommandé ?

« Vos orifices sont sales ! » C’est ce que se tue à répéter une toute nouvelle frange de la cosmétique, dans l’espoir de vous voir investir dans leurs toutes nouvelles solutions de lavement anal ou vaginal, et d’ainsi vous refourguer peinard une bête poire en silicone dessinée par un grand couturier.

Or les spécialistes de la santé sexuelle sont catégoriques, la nécessité de se gargariser le fondement est toute relative. Pire, en ce qui concerne les reliefs vallonnés du vagin, la pratique est carrément déconseillée. En effet, l’organe est une mécanique de précision particulièrement bien huilée. À ce titre, quand tout va bien, on évite de trop la tripatouiller. Comme dit Gilbert, garagiste meldois : « Tant que le moteur ronronne, c’est que ça roule ! »

Inversement, et toujours sur les conseils de l’ami mécano, quand ça roule moins bien, on ne vidange pas à l’eau savonneuse pour autant. On consulte un expert, qui vous fournit les pièces adéquates.

Le côté pile est quant à lui plus tolérant aux ablutions. Mais ce n’est pas la peine non plus de jouer du karcher tous les deux jours (« En plus, ça raye la peinture », dit Gilbert.) ; une fois de temps en temps à la limite, pour le confort. Même les inconditionnels de la tendresse anale privilégieront un régime alimentaire sain, à base de fibre, avant tout.

Mieux vaut prévenir que remplir…

Ce que vous devez savoir sur le sexe à distance

L’ovule choisirait les spermatozoïdes qui le fécondent