in

Le syndrome de Stockholm dans un dessin animé !

Vous en avez surement entendu parler dans la fameuse série La casa de papel : le célèbre syndrome de Stockholm ! Lorsqu’une otage et son ravisseur finissent par entretenir des relations sexuelles. Ce syndrome n’est pourtant pas une fiction, puisqu’il est reconnu comme trouble psychologique par la science.

Nous utilisons de plus en plus ce terme, souvent à tord et à travers, alors nous allons clarifier les choses et l’expliquer simplement.

Il se manifeste uniquement chez les victimes de prise d’otages qui développent des sentiments (amicaux ou amoureux) envers leurs ravisseurs. Ce processus d’attachement peut être réciproque entre les ravisseurs et les otages. En cas de prise d’otage, un choc psychologique survient et les victimes, dont la sécurité est compromise, s’adaptent à la situation et tentent de plaire à leurs bourreaux, quitte à coucher avec ! Il s’agit d’un mécanisme inconscient d’autodéfense et de survie. En effet, en étant complètement dépendant de quelqu’un, un sentiment de gratitude voire d’amour peut apparaître. Ainsi, la victime continue, même après sa libération, à défendre son ravisseur !

Son appellation vient d’un braquage survenu en 1973 dans une banque à Stockholm où un revirement de situation complètement incroyable s’est produit puisque la prise d’otage est devenue amicale et agréable. A tel point que les otages ont refusé de témoigner contre leur agresseur et sont allés lui rendre visite en prison, entretenant ainsi une relation amoureuse.

D’ailleurs, un Disney que vous connaissez tous raconte très bien cette manifestation (même si on ne les voit pas forniquer pour le bien des enfants) il s’agit bien sûr de La belle et la Bête !

Laetitia, organisatrice des soirées parisiennes fuschia

Soirée Jacquie et Michel ce samedi 27 octobre !