in

Le sexe la faisait tellement souffrir qu’elle ne couchait que lorsqu’elle était ivre…

Voici la prémisse du drame personnel de Callista Jane Williams. Dès l’âge de douze ans, la jeune femme ressentit d’atroces douleurs en introduisant ses premiers tampons. Inquiète, elle se rendit chez son médecin, qui lui expliqua très sérieusement que, tout ça, c’était dans sa tête.

Mais les douleurs ne cessèrent pas, elles empirèrent, même, lorsque la demoiselle, alors jeune adulte, eut ses premiers rapports sexuels. Chaque moment intime était synonyme de souffrance insoutenable, si bien qu’elle ne supportait la chose que le corps anesthésié par l’alcool. Ne pouvant se faire à l’idée d’être privée de l’un des plus grands plaisirs que puisse connaître l’être humain, elle se remit à consulter différents spécialistes pour connaître la cause de son malheur ; une vingtaine au total, qui lui répondirent tous la même chose : l’origine de sa douleur était psychologique. Selon eux, elle culpabilisait inconsciemment d’avoir des rapports sexuels avant le mariage. C’est sûr, ça vaut le coup de dépenser des fortunes en consultations pour entendre de la psychologie de comptoir. Deux siècles auparavant, ils lui auraient sans doute dit que Satan la châtiait pour son péché de luxure avant de la cramer derechef sur la place du village. Remarquez qu’on progresse…

Cette histoire a heureusement une fin heureuse, puisqu’un beau jour, un médecin, qui n’était sans doute pas abonné à Psycho-Magazine, trouva une raison médicale (Oui, oui, médicale. Je sais, c’est fou !) à la condition de sa patiente. Elle souffrait de vestibulodynie neuroproliférative congénitale (vous en vouliez, du médical ?). En gros, son vagin était tapissé de trois fois plus de nerfs que la normale, ce qui le rendait hyper-sensible. Une opération plus tard, et quelques longues semaines de cicatrisation après, Callista put enfin expérimenter les joies de l’amour charnel. C’était « extatique », dit-elle. Si « beau » et « émotionnel » qu’elle en a pleuré.

Comme quoi le sexe peut-être un véritable sujet de conte de fées

Test du gode Jacquie et Michel par Anaïs !

L’employé d’un hôtel balinais demande une pipe à une cliente mécontente