in , , ,

Le vulva-nut, ultime exaction pâtissière

De la religieuse au Paris-Brest, de l’éclair aux profiteroles, l’art ancestral de la pâtisserie a accouché de certaines douceurs gustatives parmi les les plus sophistiquées, les plus élégantes, les plus somptueuses sur lesquelles il nous ait été donné de poser les lèvres. Hélas, il semblerait que la discipline patine un peu ces derniers temps.

Certes truculent, le zob gaufré témoignait sans doute déjà de la lente décrépitude du business. Malgré son plébiscite, on commençait bien à sentir au l’inspiration n’était plus là. C’est pourtant ce succès populaire qui nous conduit aujourd’hui à l’avénement du « vulva-nut », le doughnut en forme de vulve mis au point par une pâtissière de York. Inspirée par son pendant mâle, elle a conçu l’équivalent féminin pour célébrer la naissance de sa fille. Et son passage dans une émission culinaire de la chaîne Channel 4 n’a évidemment pas manqué de susciter l’engouement, ainsi que quelques critiques condamnant la vente de telles choses dans la prestigieuse ville anglaise.

Loin de nous l’idée de nous rallier aux fâcheux réactionnaires, mais force est d’admettre que le look du dessert est passablement hideux. Et s’il fallait bien offrir à M. Zizi une Mme Zézette à la crème pâtissière, parité oblige, après ça, promis, on arrête plutôt que de s’offrir des trous-de-balles fourrés chocolat-noisette ?

 

 

Covid-19 : les gens sont plus infidèles qu’avant

La dépendance affective