in , , ,

Les Flamands en avance sur le sexting securisé grâce au .comdom

On connaît tous ce moment de doute lorsque, le zgueg posé sur le bord du lavabo ou la nénette exhibée façon « journée portes ouvertes », l’on s’apprête à envoyer un sexto à l’élu(e) de son cœur. Ce cliché finira-t-il un jour sur Internet, au gré d’une rupture fracassante avec le ou la destinataire ?

Nos voisins belges, visiblement très en avance sur les portraits de moules et autres photos de frites, ont imaginé une solution, sous la forme d’une application développée par l’opérateur flamand Telenet : le .comdom. Ce préservatif numérique, contraction de « .com » et de « condom » (« capote » dans de nombreuses langues), applique un filtre sur les photographies érotiques que vous envoyez à autrui, floutant automatiquement le (ou les) visage(s) et incluant dans l’image le nom et les coordonnées de cette personne. Si bien que s’il lui prend un jour l’envie de partager cette photo sur le web, elle ne pourra le faire sans révéler au monde, et à la police, son numéro de téléphone de petite ordure mesquine et revancharde.

Particulièrement bien conçue, .comdom est d’une simplicité enfantine (elle est d’ailleurs adoubée par l’association Child Focus) tout en ne conservant aucune donnée personnelle, ni aucune photo ; donc aucun risque de piratage du côté du fournisseur.

L’application étant indisponible sur le Store de Google, aussi intolérant avec les contenus sexy qu’avec les outils de prévention, vous pouvez la télécharger à cette adresse, ou via le QR Code ci-dessous.

Vous pouvez à présent sexter sans stresser !

 

Visionner du porno en couple, comment franchir le cap ?

Qu’est-ce donc que le « vajacial » ?