in , ,

Mourir pendant un rapport sexuel, un accident de travail ?

Envoyé en déplacement professionnel par la société TSO, spécialisée dans la maintenance des voies ferrées, le pauvre Xavier casse sa pipe au plus mauvais moment, en honorant une demoiselle rencontrée après le service. Enfin, « au plus mauvais moment », ce n’est pas forcément l’avis de la justice française qui a, le 17 mai dernier, reconnu la funeste mésaventure en tant qu’accident du travail, après six ans de procédure, au grand dam de son employeur.

C’est que, bien que les événements n’aient pas eu lieu dans l’exercice de ses fonctions, le bougre n’ayant vraisemblablement pas été dépêché pour un élargissement de tunnel, il était toutefois couvert dans tous les aspects de sa vie courante, le temps du déplacement. Or, comme le précise le tribunal, un acte sexuel relève bel et bien des actes de la vie courante au même titre que la douche, le transport, le repas. Et la cours d’appel d’enjoindre TSO à verser à la famille de Xavier les compensations dues.

Certes, tout ça ne ramènera pas ce zélé travailleur auprès de ses proches, mais dans son improbable malheur de mourir en faisant l’amour, il aura simultanément réussi à la mettre à son patron. Si ça, ce n’est pas partir en beauté…

Comment faire un massage de la prostate ?

Ne mettez pas de dentifrice sur vos pénis !