in , ,

Non, le gel hydroalcoolique ne peut pas servir de lubrifiant !

Vous êtes nonchalamment allongé(e) sur votre lit un dimanche après-midi solitaire et le temps vous semble venu de booster un peu votre quota journalier de dopamine. Vous avez vérifié votre stock de mouchoirs, choisi un bon film sur Jacquie et Michel et vérifié que personne ne viendra vous interrompre, tout est fin prêt ! Mais au moment de plonger la main dans votre tiroir et d’en sortir le tube de lubrifiant, rien, le tiroir est vide. Vos yeux se tournent alors vers le gel hydroalcoolique posé plus loin. Félicitations, vous venez d’avoir l’idée la plus stupide qui puisse être. 

S’il est une arme destructrice contre le coronavirus, le gel hydroalcoolique peut aussi s’avérer destructeur pour vos parties génitales… Durant le confinement, quelques malheureuses personnes en ont fait l’amère expérience. 

Pour madame, la flore vaginale risque de très mal réagir à un ajout inopiné de gel. L’alcool contenu dans le liquide risque d’assécher le derme et de provoquer au mieux des irritations et au pire des infections. Pour monsieur, la sanction est la même, irritations et douleurs assez vives. Le site web Métro, livre un témoignage de ce qui peut éventuellement se passer dans le pire des cas : « Aujourd’hui, j’ai découvert que l’utilisation du gel hydroalcoolique comme lubrifiant pour la masturbation pouvait vous amener à l’hôpital et vous obligerait à porter une couche pour adulte pendant une semaine », assure un témoin anonyme. 

Si l’utilisation de gel hydroalcoolique comme lubrifiant peut paraître stupide et que vous êtes sûr de ne jamais être assez idiot pour tenter le coup, il vaudrait tout de même mieux vous rappeler que l’usage du gel juste avant un rapport peut aussi entraîner des blessures. Mieux vaut opter pour le bon vieux savon, si vous avez le choix, avant une petite partie de jambes en l’air avec votre partenaire ou en solo !

L’Oculolinctus, le cauchemar des ophtalmologistes…

Le jelqing, c’est quoi ?