in ,

Peut-on vraiment entraîner son pénis ?

Dans sa fantasque générosité, le Web regorge de tutoriels, d’astuces et de conseils pour améliorer chacun des aspects de sa vie. Et le pénis ne fait évidemment pas exception. Ainsi, chacun sur la toile y va de sa petite technique perso pour améliorer les performances de l’objet, voire même la taille de l’engin. Et autant vous le dire tout de suite, dans l’ensemble, il n’y a pas grand chose à espérer d’exercices tels que le « stretching » ou le « jelqing », question transformation anatomique.

Comme son nom l’indique, le « stretching » consiste tout bêtement à se tirer sur la nouille, au sens littéral et de façon assidue, afin de gagner centimètre après centimètre au fil du temps. Figurez-vous que c’est à peu près aussi efficace que se tirer sur les jambes dans l’espoir de grandir. Les résultats les plus courants sont, en premier lieu, la blessure, et en second lieu, le questionnement profond de ses buts existentiels. Passez votre chemin.

Dans une dimension plus technique, vient ensuite le « jelqing ». Le principe est alors de tenir la base de son pénis semi-érigé entre son pouce et son index, d’exercer une pression ferme et de dérouler sur toute la longueur de la chose. Idem, on a plus de chances de meurtrir la bête que de la dompter.

Enfin, on entend souvent parler des exercices de Kegel, visant à entraîner le périnée. Et là, contrairement aux manipulations douteuses précédentes, on est sur du solide. Non que ce bon vieux Kegel puisse prolonger votre envergure de quelques coudées, mais il améliorera très certainement vos capacités. En effet, le contrôle du périnée est critique lors de l’acte sexuel : le muscler garantira raideur et endurance. C’est encore la seule méthode qui vaille…

Ces choses que vous ignorez sur votre périnée

Au Royaume-Uni, les naturistes se sentent discriminés