in , , , , ,

#PissTok, ou quand TikTok vire à l’uro

Ah, TikTok ! Son format court, ses vignettes humoristiques, ses challenges absurdes, ses séquences urophiles

Hein ? Quoi ?!

Oui, vous avez bien lu : TikTok et ses séquences urophiles. Le réseau social des millenials défraie actuellement la chronique à travers le fabuleux #pisstok, qui comme son nom l’indique, recense toutes les pastilles faisant la part belle au pipi… Mais alors, qui pourrait bien corrompre cette plateforme en la submergeant sous des cataractes d’urine ? Complot de hackers russes ? Piratage d’une secte fétichiste ?

Que nenni ! Sous ses dehors malveillants, cette initiative n’est rien d’autre que le fruit de la contribution collective de milliers d’utilisateurs, qui partagent, autant qu’on les y invite, leur passion débordante pour l’ondinisme. Et pourquoi donc ? Tout simplement parce que le pipi, ça a l’air de faire rire les gens.

On trouve alors de tout, de la jolie influenceuse qui se filme sur le trône, au globe-trotteur qui poursuit le rêve futile d’uriner en plein air depuis les plus beaux panoramas de la planète, en passant par toutes sortes de confessions et de montages sur le fétichisme sexuel ; le tout, sans jamais montrer une zézette, pour ne pas s’attirer les foudres de la modération.

Cette joyeuse libération de la parole autour d’un fétichisme vraisemblablement très commun, s’accompagne en outre d’un véritable engouement pour les kinks, au premier rang duquel se trouve immanquablement les indécrottables amateurs de pieds. Autant dire : un authentique pied-de-nez à l’aseptisation du Web. Aussi, ayons tous une petite pensée pour les modérateurs de TikTok qui, alors qu’ils s’efforcent d’expulser toutes formes de sexualités de leur chaste plateforme, voient déferler sur eux des tsunamis de déviances et de perversions

Football : les défaites ont un impact sur la vie sexuelle des fans

Oui, un grand nez est synonyme de grand pénis !