in , , ,

Pourquoi il y a autant de godes dans Cyberpunk 2077 ?

Une question qui agite la toile alors que la sortie du nouvel opus de CD Projekt est prévue pour le 10 décembre.

Plus c’est long, plus c’est bon, dit l’adage. Alors quand on attend un jeu depuis huit longues années, cela promet d’être orgasmique. Mais nous ne nous attarderons pas sur l’accueil mitigé des chanceux qui ont pu tester le jeu en avant-première, ni même sur les polémiques nées de la cadence de travail infernale imposée aux employés de CD Projekt afin que le jeu sorte avant Noël. Concentrons-nous plutôt sur la question qui tarabuste tous ceux qui ont joué au RPG dystopique : POURQUOI TANT DE GODES ?

Dès la réception du press kit, certains journalistes ou influenceurs s’étaient déjà étonnés de recevoir, en plus des habituelles manettes en édition limitée, casques audio ou artworks du jeu, un godemiché jaune du plus bel effet. Et cette obsession des développeurs pour les sextoys se confirme lors des tests du jeu. Les godes sont littéralement partout, tout le temps et dans les endroits les plus incongrus. Vous pourrez même vous en servir comme arme, comme par exemple avec le gourdin non-léthal Sir John Phallustif.

Les esprits chagrins peuvent plaisanter sur le fait que les godes sont en fait autant de marqueurs de bugs ou bien rédiger des threads acrimonieux afin de dénombrer tous les objets phalliques rencontrés, le mystère reste entier. Un troll des développeurs afin de se plaindre du crunch enduré ? Un message pseudo-prophétique sur la prépondérance du sexe dans notre société décadente ? Simples appâts pour encourager les joueurs à utiliser le mode photo ?

L’explication est peut-être plus simple. Les godes, comme les plugs ou les autres sextoys présents dans le jeu, sont des déchets pillables. C’est-à-dire que vous pouvez les collecter afin de construire de nouveaux objets grâce au système d’artisanat. Les ressources pour les développeurs étant limitées, ils ne peuvent proposer des centaines d’objets « craftables » différents et, finalement, par le truchement des moteurs de jeu qui automatisent la création de tous ces éléments, vous vous retrouvez avec des godes partout ; sous l’eau, dans les bureaux, les poubelles, les garages, les stations-service, les maisons, etc.

Skyrim avait ses meules de fromage, CyberPunk 2077 aura donc ses dildos…

Connaissez-vous la position de l’arc-en-ciel ?

Sextoy et retour de l’être aimé : une voyante devant les tribunaux russes