in ,

Pourquoi l’homme met la main dans le slip dès qu’il s’affale dans un canapé ?

Réflexe aussi automatique qu’universel, quelle que soit sa culture, dès qu’un mâle s’effondre élégamment dans un futon, il glisse machinalement une main dans le slibard, ne s’apercevant de cet étrange atavisme que lorsque sa moitié, généralement femelle et donc insensible à ce conditionnement ancestrale, lui fait gentiment remarquer qu’il n’est pas « obligé de se gratter les couilles au milieu du salon ». Mais n’est-ce vraiment qu’un syndrome classique de démangeaison testiculaire ? Pourquoi l’homme met-il donc la main au paquet dans les situations de relâchement ?

La science s’est penchée sur la question, et plusieurs hypothèses semblent émerger.

D’abord, la sécurité de l’appareil reproducteur. La spécialiste du langage corporel Vanessa Van Edwards va jusqu’à suggérer son origine à des temps immémoriaux, où l’homme affrontait la violence physique quotidiennement. Même dans les périodes de calme, il préserverait donc l’essentiel, au cas où. De nos jours, ce réflexe perdurerait pour se prémunir de la maladresse de ses proches, adultes et surtout enfants, qui pourraient malheureusement écrabouiller le service trois pièces d’un geste non-maîtrisé.

La deuxième supposition propose le désir de relaxation. En dehors de toute stimulation sexuelle, le fait de caresser certaines parties de son corps, comme le ventre et le bas ventre, libèrerait de l’ocytocine qui favoriserait la décontraction. Quand on vous dit que c’est primitif.

Enfin la troisième hypothèse fait de ce geste une démonstration de domination. Le fait de « porter ses couilles », tout simplement. Tel le mâle alpha, celui qui peut brandir son sexe à tout moment domine l’assemblée. Seul dans son salon, la main dans le slip, on s’impose en maître des lieux… Jusqu’à ce que madame déboule pour nous suggérer de nous conduire un être civilisé.

Les boules de geisha, plus qu’un simple sextoy…

Un sextoy pour les fétichistes des pieds !