in , ,

Première mondiale : une fracture verticale du pénis

C’est un péril qui hante les fantasmes de nombre d’hommes à travers le monde, en particulier ceux qui ont l’ont subi et en garde un souvenir cuisant : la fameuse fracture du pénis. Naïvement, on penserait tout savoir de ce désagrément qui touche en moyenne un homme sur 175 000, et pourtant ! La médecine vient de mettre à jour une nouveauté mondiale : la toute première fracture verticale du pénis jamais documentée !

Mais en quoi cela peut-il bien consister ? Eh bien c’est très simple. Dans l’immense majorité des cas traités, le pénis se fracture à l’horizontale, c’est-à-dire que la tunica albuginéa, la gaine qui enferme la pulpe du corps caverneux, se rompt dans le sens de la largeur, à la faveur d’une flexion inconsidérée du zob qui bute contre une partie charnue et rigide du postérieur d’autrui. Or, dans le cas qui fascine la science aujourd’hui, la rupture s’est produite dans le sens de la hauteur, sur trois centimètres du côté droit de la verge, lorsque le phallus est entré en collision avec le périnée de la partenaire du pauvre homme.

Faits intéressants, la victime n’a pas entendu le claquement caractéristique produit par les fractures transversales, tandis que son érection s’est résorbée doucement, alors qu’elle s’effondre immédiatement lors des cas classiques. Après 6 mois de repos et donc d’abstinence, la rémission est finalement décrétée totale, le patient ne souffrant d’aucune séquelles esthétique ou érectile. Ouf !

Rappelons que 88,5 % des fractures péniennes se produisent pendant le sexe, et en particulier en levrette. Prudence, donc.

7 positions debout à essayer absolument

Tout ce qu’il faut savoir sur le sexe en vacances