in

Quand la Justice mesure les parties génitales d’un accusé !!

exhibitionnisme

Lors des procès, c’est un petit jeu du chat et de la souris qui se met en place entre les avocats des accusés et ceux des plaignants : il faut donc trouver à chaque fois le moyen de contrer ce que propose la partie adverse, afin que leur « client » comme ils disent gagne la partie.

Si on peut regretter par moment que cela soit plus de la recherche de la petit bête, de la petite erreur dans l’accusation pour obtenir le fameux non-lieu, il n’empêche qu’il faut fournir des preuves de ce qu’on avance, surtout dans des affaires les plus graves, comme par exemple des meurtres ou des attaques violentes : les « pièces à conviction » deviennent alors inévitables pour les avocats, magistrats et jurés afin de rendre la bonne décision.

Si la plupart du temps on examine, par le biais de scientifiques habitués aux procédures judiciaires, l’arme du crime, les blessures ou encore des empreintes de doigts ou de pieds, il se peut que par moment on doive examiner des parties un peu plus inattendues pour essayer de prouver la culpabilité ou au contraire de disculper la personne mise au banc des accusés.

C’est ce que va devoir « subir » un facteur allemand, accusé d’exhibitionnisme par une jeune femme à qui il a livré un colis en août 2013 : le procès a lieu en ce moment, plus d’un an après les faits, et les experts chargés de l’affaire doivent donc démêler le vrai du faux dans cette histoire un peu cocasse.

Revenons dans le contexte : ce postier aurait donc livré un paquet au domicile de la victime, avec le service trois-pièces à l’extérieur de son pantalon, ce qui n’est, on en convient, pas forcément la meilleure des manières de procéder à une livraison.

Sauf que, revirement de situation, la femme du facteur exhibitionniste a jeté le doute sur la cour de justice jugeant l’affaire : en effet, elle pense qu’il est proprement impossible que son mari ait pu faire une telle chose.
La raison ? La taille de ses attributs !!

En effet, voici une partie de son témoignage : « Désolé mon chéri, mais ton membre est trop petit pour s’exhiber ainsi en dehors de ton pantalon. »
Si cela ne fait jamais plaisir à un homme que l’on désigne ses parties comme « petites », cela pourrait cependant faire le bonheur de notre postier coquin !

Sauf que le Ministère public, pas satisfait par les explications de la femme de l’accusé, a tout simplement demandé à ce que le facteur montre ses parties en pleine audience pour que l’on ait une idée précise de ses attributs !!

Ce qu’à bien évidemment refusé la présidente du tribunal, qui a préféré confier un médecin assermenté pour trouver le fin mot de l’histoire.

Jugée trop sexy pour être ingénieure !!

Elle jette de l’eau bouillante sur le sexe de son compagnon pour une raison dingue !!