in , ,

Quelques mots sur les introductions anales qui dérapent…

Les gens ont tendance à s’introduire toutes sortes de choses dans le derrière, généralement pour assouvir un soudain besoin sexuel, parfois juste pour voir ce que ça fait. Et au fond, il n’y a rien de mal à expérimenter, tant qu’on s’assure de la propreté des objets insérés et de la présence d’une butée, au bout desdits objets, pour éviter de bêtement « l’avaler ». C’est justement le point de cette chronique : que faire lorsqu’on se retrouve avec un bidule improbable coincé dans le rectum ?

Dans un premier temps on contacte les secours, ou on se rend à l’hôpital, si l’on est en mesure de se déplacer. Et ensuite ? Eh bien, on dit la vérité aux urgentistes. Toute la vérité. Ça semble bête, dit comme ça, mais le personnel soignant, pompiers, infirmières et médecins, sont là pour sauver des vies, pas pour porter un jugement sur la sexualité d’autrui. Donc, on évite les histoires à dormir debout sur comment cette aubergine a bien pu se retrouver enfoncée si profondément dans sa cavité intime et on se met à table.

« Je ne connais pas cette aubergine. »

C’est que les services d’urgence regorgent déjà d’histoires d’explorations anales abracadabrantes, de celle qui a « dérapé » sur le concombre en faisant la cuisine toute nue, à celui qui s’est « malencontreusement » coincé sur la tête de rampe de l’escalier en glissant les fesses à l’air sur la rambarde. Pas plus tard que vendredi dernier, un anonyme a affirmé, à l’hôpital chinois de Dongguan, s’être enfoncé une bouteille dans la boîte à chocolat, parce qu’il cherchait à « soulager une démangeaison ». Paradoxe de la discrétion, vous avez plus de chances de faire les choux gras de la presse internationale en minimisant les faits à travers une fable domestique à dormir debout. Sobriété et honnêteté préservent de la mauvaise publicité…

Qu’est ce que le sex-appeal ?

Oserez-vous le « perineum sunning » ?