in ,

Qu’est-ce qu’une belle bite ?

Dans notre monde superficiel, où chaque partie du corps se doit dorénavant de répondre à des canons de beauté hyper-exigeants sous peine de rendre son propriétaire irrémédiablement imbaisable, le zob reste désespérément le parent pauvre du commentaire esthétique. Heureusement, d’éminents chercheurs ont conduit une étude, pour le Journal Of Sexual Medicine, où ils demandaient à un panel représentatif de femmes de classer, par ordre d’importance, les critères qui définissent une belle bite. Voici les résultats.

En première position, on trouve donc son « apparence cosmétique générale », ce que j’imagine être la propension du zob à ressembler à un zob. Jusque-là, on n’est pas beaucoup plus avancé. Le second critère est un peu plus inattendu, puisqu’il s’agit de l’aspect de sa peau. Vient ensuite la forme du gland, suivie de près par l’apparence du scrotum (sans doute parce que les femmes raffolent des accessoires qui pendouillent). Puis, encore mieux, l’apparence de la toison pubienne. Et c’est seulement après avoir constater l’élégance du brushing que ces dames daignent s’intéresser aux caractéristiques qui nous passionnent, nous, les hommes : la longueur et l’épaisseur de la quéquette.

Et puisqu’il faut bien évidemment un critère totalement absurde pour quand même dire du mal du plus beau des chibres, on conclue sur la forme et la position du méat urétral

Nous avons enfin tout le luxe de complexer sur la forme de nos balloches, les dimensions de notre gland ou l’élégance de notre mise en pli génitale… Chouette !

L’astuce royale pour cacher sa culotte !

Conseils pour sa première fois dans un sex-shop