in ,

Royaume Uni : trop de photos de ton dard peuvent t’envoyer au placard !

Depuis quelques semaines, le cyber-flashing est devenu une infraction pénale au Royaume-Uni, les personnes reconnues coupables risquant jusqu’à deux ans de prison. Il s’agit de l’envoi non sollicité d’une image à caractère sexuel à une personne par téléphone.

Grâce à cette nouvelle politique, le cyber-flashing sera passible de la même peine que l’attentat à la pudeur. Il peut s’agir de l’envoi d’e-mails, de messages, de photos ou de vidéos à caractère pornographique, sans que cela n’ait été désiré par le destinataire.

Le projet de loi confère aux plateformes de réseaux sociaux, aux moteurs de recherche et à d’autres sites web une plus grande responsabilité juridique dans la lutte contre toute une série de contenus illicites et préjudiciables sur leurs services.

Faire de l’exhibitionnisme sur le web un crime spécifique est la dernière étape en date, qui envoie un message clair aux auteurs de ce crime, à savoir qu’ils risquent une peine d’emprisonnement.

La secrétaire d’État au numérique, Nadine Dorries, a ajouté : « La technologie a le pouvoir de rapprocher les gens et d’améliorer notre vie, mais elle peut aussi permettre un comportement odieux de la part de ceux qui souhaitent abuser, nuire et harceler ».  

Selon une étude menée en 2020 par Jessica Ringrose, professeur de sociologie, 76 % des filles âgées de 12 à 18 ans ont reçu des images non sollicitées d’hommes nus.

Alors messieurs, doucement avec votre queue.

À quoi ressemblera le sexe dans le métavers ?

Le spectatorisme vous connaissez ?