in ,

Se conduire en gentleman face à une paire de seins

Parce que l’étiquette ne s’arrête pas à la porte de la chambre à coucher (ou des chiottes d’une boîte de nuit), il est important de savoir se comporter en gentleman, même une fois que la belle a cédé à vos avances. C’est pourquoi il est important de savoir traiter une paire de seins avec toute l’élégance et la délicatesse qu’elle mérite. Voici donc quelques conseils :

Tout doux avec la lingerie

Vous le savez sans doute, la lingerie, ça coûte une blinde. Aussi, on ne tire pas dessus comme sur le filet à mandarines pour en libérer les précieux fruits. En plus, c’est généralement du tissu particulièrement solide (ouïouïouille), et madame appréciera moyennement d’avoir l’air d’une conne avec un nichon par-dessus et un nichon par-dessous. Donc on respecte le matériel.

À propos de vocabulaire

Puisqu’on parle de nichon, profitons-en pour faire un petit point vocabulaire. « Nichons », « nibards », « loches », « obus », « doudounes », on évite les termes de bar PMU et on reste sobre. Dans le doute, « seins », c’est très bien. Si vous vous sentez l’âme d’un poète, « pêches » fera très bien l’affaire aussi.

L’art du compliment

Un petit compliment ne fait jamais de mal, surtout si vous l’exprimer les yeux pleins d’étoiles devant la ravissante poitrine qu’on vous présente. Attention, « Tu as des seins énormes ! » et autres considérations quantitatives sont souvent malvenues.

De bouche, point trop n’en faut

Sans doute par réminiscence de notre plus tendre enfance, on a vite tendance à porter le sein à la bouche. Ce n’est pas un drame, c’est même assez naturel et plutôt flatteur. Mais il y a une différence entre embrasser certaines parties du corps de sa partenaire et faire sa tétée. Dans le même esprit, on motorboat avec parcimonie.

On n’est pas à la boulangerie

Une belle paire de seins, c’est toujours un régal à tenir en main : sentir la douceur de cette peau intouchée, en éprouver la fermeté, remonter jusqu’à la pointe du téton pour entretenir sa raideur. Masser et caresser, oui. Pétrir ça comme du bon pain, c’est non !

On n’y passe pas la journée

Oui, madame à une poitrine fantastique. Et sans doute qu’elle le sait. Mais aussi érogène que soit la zone, si votre dulcinée s’offre à vous, ce n’est sans doute pas pour avoir un aperçu des formidables conditions de vie d’une vache laitière. Il y a une salle de jeux plus bas qui n’attend que vous ; ce qui n’empêche pas d’aller saluer les jumeaux régulièrement. On a deux mains après tout…

Envie de coucher le premier soir ?

Le fabuleux destin de votre pénis après un excès de relations sexuelles